• Trois poèmes perdus


    C'est ça l'amore

    C'est ça l'amore un inconnu vient à passer
    Et la terre s'arrête de tourner pour que l'on puisse mieux se rencontrer
    C'est ça l'amore un rien qui vous emporte au ciel
    Un regard, un frisson ou un baiser qui change la pluie en soleil
    On voudrait pouvoir chanter l'air de la bohème
    Pour vous only you, solo per te
    C'est ça l'amore pleurer de joie quand il est là
    Et penser à mourir quand il s'en va depuis toujours l'amour c'est ça

    La, la, la, la, la, la, la
    Et penser à mourir quand il s'en va depuis toujours l'amour c'est ça
    C'est ça l'amore vouloir mourir pour oublier
    Et ne plus y penser deux jours après tout ça pour s'en aller recommencer

    La, la, la, la, la, la, la, la
    C'est ça l'amore
    La, la, la, la, la, la, la, la
    L'amore.

    C'est irréparable


    Je sais que c'est fini
    Je sais
    Mais je t'en prie
    Ecoute-moi quand même
    Ecoute-moi car je t'aime
    Depuis qu'on s'est quittés
    Je suis seule étonnée
    Mais jours sont tellement longs
    Et vides et obsédants

    Je suis seule
    La nuit vient
    Et je me souviens

    D'un an d'amour
    Les matins insolents
    Les soirs de pluie
    Les vacances et le vent
    Tes cheveux blonds
    De soleil et de sable
    Un an d'amour
    C'est irréparable
    Un an d'amour
    C'est irréparable

    Maintenant ce n'est plus moi
    Une autre est avec toi
    Et toi tu lui souris
    Comme tu m'avais souris
    Et ce sourire tu vois
    Je te hais pour cela
    Je te hais
    Mais je t'aime
    Au fond ça revient au même

    Je t'aime
    Le comprends-tu
    T'ai je vraiment perdu

    Un an d'amour
    Des années de regrets
    Des feuilles mortes
    Et de temps passé
    L'automne emporte
    Le rêve et les fables
    Un an d'amour
    C'est irréparable


    Anima mia


    Anima mia
    Fille au cœur sauvage nn t'aimait bien
    On ne t'a pas toujours comprise
    Anima mia
    Reviens au village
    Rien n'a changé de ta maison jusqu'à ton lit

    Les pieds nus comme l'enfant qui vient de loin
    Elle quitte ses vingt ans pour presque rien
    Pareil à ces vieux soleils qui fuit la pluie
    Son cœur cherche un asile un paradis

    Tout comme ces mélodies que l'on dit folles
    Auxquelles ils ne manquent que la parole
    Comme une ombre elle a survie cet inconnue
    Qu'a-t-elle a perdre un été de plus

    Le corps lourd d'avoir connu trop de caresses
    Et dans les yeux la peur des lendemains
    Elle est de celles qui par manque de tendresse
    Ne hochent plus la tête pour dire non

    Anima mia
    Fille au cœur sauvage on t'aimait bien
    On ne t'a pas toujours comprise
    Anima mia
    Reviens au village
    Rien n'a changé de ta maison jusqu'à ton lit

    Elle sait bien que derrière les volets fermés
    Ceux qui n'ont jamais su comment l'aimer
    Cet homme que tu suis est ta dernière chance
    Car après lui, dis adieu à ton enfance

    Anima mia
    Fille au cœur sauvage on t'aimait bien
    On ne t'a pas toujours comprise
    Anima mia
    Reviens au village
    Rien n'a changé de ta maison jusqu'à ton lit

    Anima mia
    Fille au cœur sauvage on t'aimait bien
    On ne t'a pas toujours comprise
    Anima mia
    Reviens au village
    Rien n'a changé de ta maison jusqu'à ton lit.

     

     



    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :